Le béton lavé et le béton désactivé sont très souvent confondus, parce qu’ils ont un aspect visuel similaire. Leur composition est aussi quasiment la même. C’est la technique de mise en œuvre qui les différencie. Quelles sont les particularités spécifiques à ces deux matériaux ? Lequel choisir pour vos travaux ?

Les caractéristiques du béton lavé

La mise en œuvre du béton lavé se fait de la même manière que celle du béton classique. Vous devez procéder au coulage du béton, puis au tirage ainsi qu’à la mise à niveau. Vous pouvez ensuite faire une première finition par talochage et lissage. Le béton lavé a une composition enrichie en gravillon, car sa finition consiste à créer un aspect granuleux et un toucher rugueux. Il est possible de varier la finition du béton lavé en choisissant le type de granulat et les teintes.

Pour appliquer ce béton, vous devez faire une opération de lavage de surface par un traitement d’eau à haute pression. Cela permet d’éliminer sa couche superficielle pour faire apparaître les graviers. Le lavage survient quelques minutes ou quelques heures après la pose du béton. Vous pouvez vous servir aussi d’une brosse ou d’un balai souple lors de cette opération.

Béton désactivé : quelles sont ses spécificités ?

À l’instar du béton ordinaire, le béton désactivé est également constitué d’eau, de ciment et de granulats. La première phase de sa mise en œuvre se déroule exactement comme celle du béton classique ou du béton lavé. Le lavage du béton désactivé se fait, en revanche, le lendemain de la pose. On parle de lavage retardé.

Lire aussi :  Poser un receveur de douche en résine extra plat : les étapes à suivre

De plus, c’est un produit spécifique qui est utilisé dans ce cas précis. La surface du béton est pulvérisée avec le produit appelé « désactivateur ». Ce dernier retarde la prise du béton sur sa couche superficielle et à quelques millimètres de profondeur. Il agit pendant 24 heures.

Vous devez procéder ensuite à un lavage de la surface à l’aide d’un nettoyeur haute pression. Enlevez ainsi la fine couche de mortier qui recouvre les gravillons se trouvant sur la couche superficielle du béton. C’est la partie qui n’a pas durci à cause de l’action du désactivateur.

Béton lavé désactivé différence matériau coulage

Quelle technique de coulage choisir pour votre matériau ?

Le béton lavé et le béton désactivé ont les mêmes domaines d’utilisation. Ils sont solides et opposent une bonne résistance aux chocs thermiques. Ils offrent une excellente finition esthétique et permettent d’apporter une touche décorative à l’extérieur de votre maison. Ces deux types de béton ont également un bon pouvoir antidérapant. Vous pouvez les utiliser pour construire l’entrée de votre garage, les allées extérieures (cours et jardin), une plage de piscine ou un patio.

La différence entre le béton lavé et le béton désactivé se situe essentiellement au niveau de vos moyens. Le béton désactivé coûte plus cher que le béton lavé. Il est toutefois plus fiable. Sa technique de mise en œuvre assure une bonne solidité de la construction et une petite perte de surface. La technique de mise en œuvre du béton lavé présente néanmoins quelques limites. Elle nécessite une grande expertise et peut provoquer une perte de surface importante.

Lire aussi :  Comment trouver les bons artisans pour votre projet de rénovation ?

Étant donné que le lavage se fait quand le béton est encore frais, un mauvais réglage de la pression peut engendrer de grands inconvénients. Par ailleurs, cette technique est recommandée uniquement pour les petites surfaces.

Comments are closed.