Le sarking est une technique d’isolation par l’extérieur qui est de plus en plus utilisée, notamment en raison de l’efficacité qui la caractérise. Le sarking peut s’utiliser sur tous types de toitures, en construction neuve ou en rénovation. Apprenez-en plus ici sur cette technique d’isolation récente, et découvrez ici, entre autres informations utiles, ses avantages et inconvénients.

Pour en savoir plus sur le sarking

La technique du sarking est aussi connue sous le nom d’isolation en continu. Il s’agit de poser deux couches d’isolant dont l’une, placée à l’extérieur, sert de support à la couverture ; et l’autre est fixée sur les chevrons. Le sarking crée ainsi une seconde toiture pour une isolation thermique et phonique améliorée. Cette méthode utilise des panneaux de bois isolés comme les lambris ou les voliges. Elle donne une dimension innovante aux techniques de pose traditionnelles.

Le polystyrène extrudé à bords rainés et bouvetés se révèle excellent pour le sarking. Non seulement il est facile à poser, mais il offre également un niveau de performance thermique plus que satisfaisant. Les panneaux en fibres de bois sont eux aussi particulièrement efficaces pour réaliser du sarking, de même que les panneaux rigides de laine de roche ou laine de verre double densité.

Avantages et inconvénients du sarking

Quels avantages ?

Très performante, la méthode du sarking se distingue par son caractère innovant et permet de bénéficier d’un meilleur confort thermique en hiver et en été. Elle peut être utilisée sur tous types de couvertures et de formes de toitures, quelle que soit la pente, en plus d’être adaptée à tous les environnements, y compris le climat de montagne. Le sarking supprime les ponts thermiques et offre une étanchéité à l’air irréprochable. Lorsque cette technique d’isolation par l’extérieur est utilisée, tous les espaces existants au niveau des combles (comme la hauteur de plafond) peuvent être conservés.

Lire aussi :  Peindre un portail en aluminium : les étapes à suivre

Si vous avez une charpente traditionnelle en bois massif ou avec poutres apparentes, vous pouvez vous attendre à ce que l’utilisation du sarking n’affecte en rien ses qualités esthétiques. Aussi, il prolonge la durée de vie de la charpente en la préservant des effets des variations de température.

Enfin, un autre avantage intéressant du sarking est qu’il n’impacte pas le caractère habitable d’un logement. Vous pourrez donc continuer à vivre dans votre maison pendant toute la durée des travaux.

Quels inconvénients ?

On reproche principalement au sarking son coût relativement élevé. Si cet inconvénient fait naître en vous quelques réticences, vous pouvez être certain que les économies d’énergie que le sarking vous permettra de réaliser représentent un retour sur investissement tout à fait satisfaisant, sans compter le confort qu’il vous procurera.

On peut aussi mentionner le fait que le sarking représente des travaux assez complexes, lourds et longs. Les services d’un professionnel sont indispensables pour une pose effectuée au mieux. Il est en effet nécessaire d’enlever la couverture, puis de la remettre en place après avoir posé les isolants, les chevrons, contre-chevrons et liteaux. Par ailleurs, la charge supplémentaire apportée au chevronnage et au platelage peut requérir un renfort structurel, pour que la charpente puisse supporter l’isolant.

Combien coûte une prestation de sarking ?

Le sarking coûte généralement entre 150 et 250 € le mètre carré. Cependant, vous pouvez financer une partie des travaux avec certains dispositifs comme le prêt à taux zéro, la TVA à un taux réduit de 5,5 %, le crédit d’impôt transition énergétique, la prime énergie ou encore les subventions de l’Anah.

Lire aussi :  Enduire un mur : les étapes à suivre pour le faire soi-même

Il vous faudra toutefois solliciter les services d’un artisan détenant la certification RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) si vous voulez pouvoir obtenir une de ces aides.

Comments are closed.